Chargement Évènements
mardi
03
novembre

Les Femmes S’en Mêlent : Maud Geffray ft. Laure Brisa + Silly Boy Blue

@ 20h30
  • Cet évènement est passé
Détails
Date : 3 novembre 2020
Heure : 20h30
évènement Category :Concert
Étiquettes évènement :
pop, rock
Acheter mon billet :
Lieu
Lieu :
Adresse: France
+ Google Map

Nous sommes heureux.ses de vous annoncer que la soirée Les Femmes S’en Mêlent, programmée le 03 novembre, est bien maintenue.
Toutefois, le contexte de la Covid-19 compliquant les déplacements à l’international, les artistes initialement prévues ne seront pas en mesure d’assurer leurs concerts.
C’est donc avec une programmation entièrement remodelée que nous vous proposons cette soirée :
Maud Geffray et Laure Brisa nous présenteront leur projet Still Life (Philip Glass tribute), avec la jeune nantaise Silly Boy Blue en première partie.

Pour les abonné·e·s à la carte Stereolux, l’offre 1=2 reste valable : la place offerte vous sera remise au guichet le soir-même, sur présentation de votre billet et de votre carte Stereolux.

En raison des règles sanitaires en vigueur, la soirée initialement programmée en salle Micro vous sera proposée en salle Maxi en configuration assise.

Si vous souhaitez être remboursé.e, vous pouvez en faire la demande auprès de celine.barrett@stereolux.org, et ce jusqu’au 18 octobre 2020.
Merci de votre compréhension.
L’équipe de Stereolux

– – – –

MAUD GEFFRAY FT. LAURE BRISA (FR)
STILL LIFE (A TRIBUTE TO PHILIP GLASS) · LIVE A/V
Sa récente pièce musicale Still Life, composition pour harpe et synthétiseurs, se veut un hommage à Philip Glass, le maître de la musique répétitive et minimaliste. Pour la tournée qui l’accompagne, la musicienne et DJ nazairienne, autrefois moitié de Scratch Massive, s’est adjoint les services de la harpiste Laure Brisa et du vidéaste Kevin Elamrani-Lince, qui auparavant avait travaillé avec The Pirouettes et Tristesse Contemporaine. Still Life, c’est, dans une large mesure, la continuation logique du très onirique et frigorifique Polaar, composé de facto en Laponie : une inspiration vaste comme un paysage polaire, propice à une sorte de majestueuse cinématique intérieure, au surgissement d’images à l’élégance élégiaque, à une paisible rêverie bleutée parcourue d’inquiétantes tensions – une manière de slow rave, neigeuse et hypnotique.

SILLY BOY BLUE (FR)
« Silly boy blue, you’re a gift from the sun », chantait David quand il n’était pas encore tout à fait Bowie – « you’ve tried so hard to fly »… Des paroles qui semblent aller comme un legging à celle qui fut la chanteuse de Pegase avant de décider de voler de ses propres ailes. Une heureuse inspiration car, après son EP But You Will, écrit sur le coup d’une rupture amoureuse, et avant un premier et prochain album, la jeune Nantaise Ana Benabdelkarim fait beaucoup parler d’elle : le velours d’une voix évanescente et tout en retenue, la mélancolie aérienne d’une dream pop satinée et étrangement réconfortante, habillant de noir des compositions toutes de vague à l’âme, de questionnement de genres et d’emo culture, d’une honnêteté confondante et d’une pudeur jamais jouée, y sont pour beaucoup – on se gardera toutefois d’exagérer ou de railler une apparente fragilité, tant la jeune femme impose par sa personnalité comme par sa présence scénique : Silly Boy Blue, c’est d’abord l’histoire d’une émancipation, telle que ne l’aurait pas désavouée Bowie.